Facebook n’a pas tout inventé…

Traduction du blog de Brian Kurtz cliquez ici pour voir l’article original.

Beaucoup de gens sont sur Facebook. De toute évidence. Et ils y participent beaucoup , partageant leur dernier repas, offrant des conseils (que vous le vouliez ou non), montrant des photos avant et après de leur incroyable perte de poids ou comment ils ont obtenu de nouveaux abdos carrés en 6 semaines … ou tout simplement en déclarant une chose avec laquelle vous êtes peut-être d’accord… ou non… et alors vous l’aimez… ou vous supprimez cette personne de vos amis.

Bien sûr, il y a aussi des choses utiles à propos de Facebook .

L’utilisation de Facebook pour le bien commun consiste à retrouver un ami perdu depuis longtemps… à éviter une connaissance perdue depuis longtemps qui pense être votre ami… et même vendre des choses à un large public ciblé.

C’est cette dernière action qui est la raison pour laquelle je participe… et je ne vends même pas beaucoup.

Lors de notre appel Titans Xcelerator la semaine dernière, nous avons eu une présentation de niveau maître d’un expert Facebook … de toutes les opportunités actuelles de l’utiliser (pendant la semaine dernière !)… Et les pièges à éviter.

Tout cela pour profiter pleinement de cette plateforme en constante expansion.

Je dois dire que j’étais étonné de ce qui est possible en ce moment… et j’étais sûr à 100% que je ne voulais rien bricoler à la maison (c’est-à-dire que ce n’est pas un projet de bricolage pour moi).

Pourquoi me déranger quand j’ai un carnet de chèque comme seul outil dans ma boîte à outils ?

Il y a littéralement un carnet de chèques dans ma boîte à outils — je peux visser une ampoule, mais ça va à peu près aussi loin que ça … disons simplement que je ne suis pas M. Handy dans la maison.

Et il y a aussi un carnet de chèques dans ma boîte à outils marketing — je peux lire les résultats d’une campagne Facebook pour déterminer si elle a fonctionné ou non et agir en conséquence… mais j’embauche un professionnel pour faire le travail.

Dans les deux cas, je suis nul avec ces tâches et elles me donnent en fait des maux de tête (qui me causent alors des problèmes).

Mais comme le dit Dan Sullivan, le meilleur coach des entrepreneurs au monde :

« Si vous avez un problème et que vous pouvez faire un chèque pour le résoudre, vous n’avez pas de problème. »

Pour beaucoup d’entre nous, cela permet de profiter des opportunités et des défis de la publicité sur Facebook.

Je sais que beaucoup d’entre vous envisagent de m’envoyer maintenant des propositions pour toutes sortes d’opportunités d’achat de médias. Je vous ai envoyé une invitation implicite :

Un chèque en blanc d’un marketeur direct en série vous met l’eau à la bouche, n’est-ce pas ?

Mais ce n’est pas aussi lucratif que vous le pensez, vous ne devriez donc pas vous inquiéter.

Cependant, quand il s’agit de choses que je ne fais pas bien et de choses que je n’aime pas faire, c’est comme ça que je fonctionne.

Tout cela fait partie de mon plan de retraite.

Mon plan de retraite comprend non seulement le fait de prendre ma retraite des choses que je ne fais pas bien et de prendre ma retraite des choses que je n’aime pas faire; cela inclut aussi la retraite de personnes avec qui je ne veux plus traîner (mon entreprise actuelle est exclu bien sûr) !

Mais pas de propositions s’il vous plaît. ☺

Où est-ce que je veux en venir ?

Je veux vous dire aujourd’hui d’où viennent les bébés.

Comment je suis arrivé de là à ici, je ne sais pas exactement.

Je suis libre de penser et d’écrire librement… mais il y a un sens à tout cela, je vous le promets.

Voici une histoire pour illustrer l’origine des bébés :

Il y a 2 ans, je suis passé sur un podcast et l’intervieweur m’a fait parler de listes et de segmentation de listes et il m’a obligé à approfondir le sujet de la « modélisation de la régression ».

Et quand je dis plonger en profondeur, il a continué à creuser et à creuser jusqu’à ce que cela devienne beaucoup trop granulaire pour le public… mais bon, c’était son émission.

En termes simples, pour ne pas vous ennuyer, la modélisation de la régression est la technique utilisée pour prédire statistiquement les taux de réponses avant d’écrire à des noms sur de grandes bases de données (et de grandes listes individuelles), modélisant parfois des millions de noms à la fois avec des résultats incroyablement prévisibles.

C’est une technique que j’ai utilisée tout au long de ma carrière (avec l’aide d’un statisticien de premier ordre vu que j’avais un modeste Anglais à l’université)… et une technique qui existe depuis très longtemps… oui, même avant Internet.

Et ça marche toujours. Vous imaginez ça.

J’ai été surpris que l’intervieweur ait décidé de suivre cette voie dans notre discussion car j’étais sûr que nous avions perdu l’audience en cours de route.

Mais c’était une discussion intéressante et un sujet sur lequel peu de gens dans le monde en ligne m’ont posé des questions aujourd’hui, alors j’ai suivi le courant… et ensuite il a posté l’interview sur Facebook.

Au moins une personne l’a écouté … et sa réponse était à la fois flatteuse et révélatrice :

« Wow ! Cette interview avec Brian Kurtz est fantastique. Il y parle de cette incroyable technique de modélisation qu’il a utilisée plus tôt dans sa carrière. Et je pensais que Facebook avait inventé les modèles look a like. J’ai l’esprit retourné ! »

Je ne partage pas cela avec vous pour faire la lumière sur quoi que ce soit ou qui que ce soit… mais cela illustre un point important.

Autrement dit, avoir une compréhension approfondie de quelque chose comme les techniques de modélisation de la régression qui sont beaucoup plus prévisibles que les « modèles look a like » (ce sera un sujet pour un autre jour), ne peut que vous améliorer lorsque vous achetez des publicités à partir de modèles look a like créés sur Facebook.

Ce n’est pas une « conversation du bon vieux temps »… ni une conversation nostalgique non plus.

Il s’agit de rechercher la source originale de tout ce sur quoi vous travaillez actuellement pour créer de nouveaux modèles mentaux pour l’avenir. C’est un jeu de mots volontaire.

Dans l’exemple ci-dessus, savoir d’où viennent les bébés (c’est-à-dire modéliser sur des listes) — qui remonte au moins aux années 1960 avec le Reader’s Digest -— vous permettra de poser des questions différentes (et plus approfondies) à votre agence / acheteur média Facebook sur le modèles qu’ils construisent pour vous. Avec de meilleurs résultats également.

Et cela vous mènera à des idées que vous n’auriez jamais cru possibles.

Je dois vous dire que des choses comme celles-ci se produisent tous les jours avec mes propres clients et les membres de mes groupes mastermind, et avec certains des plus grands spécialistes du marketing en ligne que je connais et que j’aime.

Nous voyons régulièrement des exemples où avoir une perspective historique sur les principes fondamentaux du marketing direct mènera toujours à de nouvelles perspectives (et des niveaux de succès plus élevés) tout en mettant en œuvre une technique actuelle et de pointe.

C’est pourquoi le chapitre 2 de mon deuxième livre, Surdéliver, est intitulé « La Source Originale », qui est le chapitre de préparation pour tout ce qui vient ensuite dans le livre.

C’est aussi le chapitre le plus répétitif selon l’une de mes critiques d’une étoile sur Amazon.

Je suppose que je voulais le souligner… mais je suis d’accord avec sa critique.

Mais je le porterai aussi comme un insigne d’honneur… parce que les haineux vont détester… alors aimez-les.

Je me consacre à cette mission parce que je suis souvent l’homme d’État le plus âgé dans la plupart des endroits où j’erre dans cette formidable industrie (c’est-à-dire que je suis la personne la plus âgée de la pièce).

À ce stade, cela pourrait signifier quelque chose si mon mentor Marty Edelston était toujours en vie, quand il a dit à l’âge de 80 ans :

« J’adore vieillir parce que je deviens si intelligent. »

Je ne suppose pas que je suis aussi intelligent que Marty ou tout autre spécialiste du marketing direct âgé de 60 ans et plus.

Mais je peux vous dire que j’ai prêté une attention particulière à tout ce que j’ai fait et à tout ce que j’ai appris pendant 4 décennies, ce qui me rend précieux pour beaucoup… ou du moins une relique curieuse pour les autres.

Peut-être même autre chose pour quelques privilégiés :

Au fond de lui, Brian se demandait si les autres gars écoutaient vraiment ses idées ou s’ils ne le considéraient que comme un soulagement comique.

Pour une raison quelconque, j’entre dans ces salles avec un « billet d’or », parce que je suis considéré comme un « sage avisé » (ou le « plus vieux monsieur », c’est ainsi que quelqu’un m’a appelé lors d’un événement auquel j’ai parlé il y a quelques années). Ou peut-être que je suis accepté simplement parce que je peux raconter une blague ou deux.

Et une fois que je suis dans ces salles, je ne suis qu’une éponge pour aspirer la connaissance et je passe mon temps à espionner de première main l’état de l’art… et à tout ramener à la maison à mes groupes mastermind et pour le consulting de mes clients.

Tout au long de ma carrière, il a été de mon devoir de partager tout ce que j’ai appris dans le marketing direct en l’enseignant… d’être le pont qui relie toute cette sagesse accumulée… et de laisser les gens plus intelligents que moi relier les points et créer « un plus un égal trois. »

Et j’ai finalement réalisé que ce n’était pas la cigogne qui nous avait apporté les fondamentaux du marketing direct.

J’espère que votre maman ou papa vous l’a dit aussi. ☺

Chaleureusement,

Brian

PS : L’idée du chapitre 2 de Surdélivrer sur la source originale est venue de cette interview que j’ai faite avec Perry Marshall peu de temps après la sortie de mon premier livre, The Advertising Solution.

Cliquez ci-dessous pour l’écouter… Perry va plus loin que je n’aurais jamais pu… et ensemble, nous arrivons à quelques prises de position intéressantes sur l’importance des sources originales.

Si vous voulez recevoir plus de ressources et d’articles gratuits pour créer une entreprise pour toute la vie, allez donc jeter un coup d’œil sur le lien ci-dessous : www.overdeliverbookfr.com

P.P.S. En parlant de Perry, savez-vous qu’il a publié la « bible » originale sur la Publicité Facebook ?

Et pour montrer que je n’ai aucune rancune sur le fait que Facebook n’ait pas tout inventé, et que j’ai toujours un respect sain pour tout ce que Facebook représente, j’ai participé au redémarrage impressionnant de The Ultimate Guide to Facebook Advertising, en contribuant à un chapitre.

Cette toute nouvelle édition est écrite et compilée par mon ami et acheteur de médias rock star dans ce domaine, Bob Regnarus (sous l’œil attentif de Perry bien sûr). Cependant, Bob n’a pas eu besoin de beaucoup de supervision.

Il s’agit moins d’un redémarrage que d’une refonte totale, avec les tactiques et les stratégies les plus avancées pour utiliser Facebook comme solution marketing pour de nombreux produits et services. Et des informations beaucoup plus larges également.

D’autres chapitres invités ont été écrits par Jeff Walker, Ryan Deiss, Molly Pittman, Perry Marshall et bien d’autres… et tous ont donné des interviews (moi y compris) qui fait partie du package bonus pour l’achat du livre ici.

Bob m’a éclairé sur l’histoire de Facebook (ce qui n’a pas été le facteur qui m’a convaincu de participer) — il m’a dit « bonjour » pour ça.

Mais ce qu’il m’a dit a ajouté à l’intrigue (et à la source originale de Facebook) et ce qui m’a donné plus de raisons de m’impliquer dans cette excellente nouvelle édition.

Ce n’est pas uniquement une bonne nouvelle… Facebook en tant que « grand frère » a beaucoup de responsabilités… de leur part et aussi pour nous en tant que spécialistes du marketing.

J’aime la perspective comme matière à réflexion.

Naviguer sur ce médium est aujourd’hui incontournable en marketing et ce livre vous dit tout ce qu’il faut savoir pour profiter de son moteur phénoménal… mais aussi pour ne pas abuser de sa puissance.

Bob a écrit :

Facebook n’a pas construit son site pour les annonceurs. Ils l’ont construit pour les utilisateurs réguliers et pour eux-mêmes.

Les jeunes diplômés les plus en vogue que Facebook embauche dans les meilleures universités du monde ne disent pas : « Je veux travailler chez Facebook pour les aider à maximiser leurs revenus publicitaires. »

Sachez que même en dépit des gains massifs de Facebook dans le département publicitaire, la société n’existe pas simplement pour vous envoyer des clients.

Indépendamment de la raison pour laquelle Zuckerberg a construit Facebook ou les idéaux élevés de ses employés, les informations démographiques personnelles que Facebook recueille sont extrêmement précieuses pour les annonceurs.

Facebook n’est pas stupide. Il est plus étroitement liée à ses annonceurs que toute autre plateforme de la planète. Les visionnaires de Facebook ont ​​déjà des années d’idées supplémentaires à mettre en œuvre.

Comment savons-nous cela ?

Nous voyons les idées proposées publiquement chaque jour sur les pages Facebook par les annonceurs Facebook.

Facebook en sait plus sur vous que votre mari ou votre femme.

Il sait quels sites vous visitez; il connait beaucoup des choses que vous achetez; et il a acheté des données de toutes sortes à d’autres entreprises et il les a ajoutées à leur base de données afin qu’il sache à quoi vous répondez.

Facebook a même des outils de prévention du suicide, et d’I.A. (intelligence artificielle) qui peut détecter la dépression bien avant les médecins ou les parents.

Il connait le million d’autres personnes dans le monde qui vous ressemblent le plus, qui aiment les mêmes choses que vous aimez et qui achètent les mêmes choses que vous.

La supervision d’un adulte sur Facebook est minime, c’est probablement pourquoi elle est absolument géniale.

L’entreprise recrute de manière agressive de nouveaux diplômés universitaires — les diplômés universitaires les plus brillants de la planète mais toujours des nouveaux diplômés.

Ce sont des enfants intelligents — plus intelligents que vous, plus intelligents que nous.

Certains n’ont jamais eu de « vrai » travail en dehors de Facebook.

Ils n’ont jamais essayé de vivre des revenus générés par une publicité. Ils ne ressentent pas votre douleur.

Souvenez-vous de ça. C’est vraiment important.

Pour utiliser efficacement les outils publicitaires payants de Facebook, il est important de comprendre à quel point ses créateurs et designers n’essaient pas vraiment de vous aider. Heureusement, ils ont besoin de liquidités et nous avons besoin de clics pour que nous puissions faire du bon travail ensemble. Nous nous concentrons sur les clics et ils se concentrent sur la connexion du monde.

Facebook a le potentiel d’être très pertinent pour les décennies à venir.

Notre règle de base est la règle du fondateur : lorsque vous avez un fondateur dynamique et visionnaire qui dirige une entreprise, mieux vaut parier sur cette entreprise qui continuera d’être un succès aussi longtemps que vous verrez ce fondateur aux commandes.

Nous suggérons que tant que vous voyez Mark Zuckerberg engagé dans Facebook, vous devriez prévoir que Facebook sera un endroit dynamique, en pleine croissance et compétitif pour faire de la publicité.

C’est un peu contraire à ce que beaucoup croient (à propos de Zuckerberg en particulier)… mais c’est une tournure positive que je veux croire… pour l’instant en tout cas.

Le fait que « … les créateurs et les concepteurs n’essaient pas vraiment de vous aider… » semble juste pour la plupart… mais les idéaux élevés parmi les inventeurs et les innovateurs ne sont pas toujours purs à 100% et ils ne durent pas éternellement dans la plupart des cas.

Mais cela n’a rien à voir avec la raison pour laquelle vous avez besoin de ce livre.

Que Bob ait raison ou tort… ou quelque part entre les deux… obtenir ce livre est une évidence et il devrait être dans la bibliothèque de tous les spécialistes du marketing.

Il y a des principes fondamentaux du marketing direct qui vont bien au-delà de Facebook … tout en vous permettant de vous installer sur ce média avec intégrité.

Vous devriez prévoir que Facebook soit un « … lieu dynamique et en pleine croissance, compétitif pour faire de la publicité… » pendant longtemps; mais même s’il disparaissait demain, je recommanderais toujours ce livre en raison des principes fondamentaux du marketing qu’il contient.

Je ne vois aucun inconvénient à cela… et un énorme avantage.

Notez que je n’obtiens rien pour ce « pitch » — pas de commission d’affiliation, pas de reconnaissance supplémentaire au-delà du don de mon temps pour le chapitre que j’ai écrit et de l’interview… et je suis fier de faire tout cela.

Je vous suggère de commander une exemplaire Du Guide Ultime De La Publicité Sur Facebook.

Cliquez ici : https://www.UltimateFB.com

fermer la fenetre

Recevez à votre domicile un exemplaire gratuit du livre « Les 21 Secrets de Persuasion » — Comment Attirer des Nouveaux Clients et Conquérir Votre Liberté